Date du jeu : hiver 410
Le Sénat de ROME jpem - Sujet : La réforme législative. V, la loi religieuse
Index Le Sénat de ROME jpem
Forum du jeu www.romejpem.fr
Faq  -   Se connecter  -   Liste des membres   -  Groupes  



Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum Vous ne pouvez pas poster de réponses <<   Page: , , , , 5, ,      >>
La réforme législative. V, la loi religieuse
Auteur Message
ARIUS SAXA Lucius
Avatar

Autorisation : Membre
Nb de messages : 2408
Inscrit le : Jeu 04 Fév 2010
Posté le : Mar 22 Jan 2013    

Roule des yeux en écoutant le préteur.

Ce n'est donc pas seulement chez les plus frustres de nos citoyens qu'on trouve une telle ignorance des usages religieux et de la foi romaine...

Si les choses étaient telles que tu l'affirmes, alors nous devrions sans doute élire chaque année le chef du collège des Augures, le sage Plautius, au consulat... non ? Et pourquoi pas le pontife à la censure, ou à la dictature que son prédécesseur réclamait... non, ce n'est pas là la manière dont les vrais Romains honorent leurs dieux.

Quant aux lois, elles ne sont pas faites pour que le petit peuple les comprenne, mais pour que les grands s'en servent et s'y conforment, pour la gloire du Sénat et du Peuple romain.

Se tournant vers le censeur :

Le Sénat ne s'est pas encore exprimé, grand flamine. Et on peut assurément penser qu'il pèsera sa décision après les mots que tu viens de prononcer.

Mais je remarque qu'une fois de plus, nous constatons le travail bâclé du "législateur" Dobrasus.

----------------------
Pacta sunt servanda !
Consul 386
En mission consulaire chez les Gaulois 383-385
Consul 380, 381, 382
Préteur 377, 379
Légat en Lucanie 374-376
Edile 373, 374
Ambassadeur à Rhegium 370-372
Questeur 368, 369
 Adresse email Haut de page Bas de page 
 
SERGIUS AHENOBARBUS Cnaeus
Avatar

Autorisation : Membre
Nb de messages : 3890
Inscrit le : Ven 16 Sep 2011
Posté le : Mer 23 Jan 2013    

/Faisant la moue à la remarque du candidat au consulat.

/Écoutant le consul et le censeur.

Cinq Dieux majeurs au lieu de trois. Reconnaissance dans le culte officiel des dieux Saturnus, Terminus et Janus. Et cela serai un irrespect de la part de notre bon Législateur Exceptionnel, l'honorable Clodianus Dobrasus ? Laissez moi rire.

La triade protectrice de notre cité sera composé du puissant Jupiter, le roi des dieux; de Junon, déesse de la fécondité et du mariage; et de Minerve, déesse de la guerre, de la sagesse, de la stratégie et de l'intelligence. Je préfère cela au dieu du voyage et du commerce.

De plus, le culte de Mercure ne sera pas arrêté. Les temples qui lui sont consacrés ne seront pas retirés. Le dieu aura toujours un flamine qui le représentera et s’acquittera des devoirs envers lui.

/Regardant le censeur.

Si certains bloquent cette loi, juste pour le plaisir de pouvoir se présenter comme flamine majeur et non comme flamine mineur, je leur recommanderai de ne pas oublier où est l'intérêt de Rome. Rome avant tout. Rome ! Rome ! Rome !

/Vers le consul.

C'est pourquoi, consul, je te demande de présenter la loi au vote. Cela n'a que trop duré. Devons nous encore attendre des années ? La loi, si elle est approuvée, doit être présentée aux comices cet hiver. Nous avons assez débattu, il est maintenant temps de décidé.

/Vers les quelques sénateurs présents.

Quand une domus prend feu, il est certes bon de discuter de la stratégie à avoir, de comment aborder la domus et d'agir au mieux. Mais il est dommageable d'en débattre des heures et de laisser le feu manger la domus. Tout comme il ne doit pas avoir d'action sans une certaine réflexion, la réflexion ne vaut rien si aucune action n'y est ensuite entreprit.

----------------------
CNAEVS•SERGIVS•PROCVLI•FILIVS•VOPISCI•NEPSOS•AHENOBARBVS•LACERATIONIS
Rang et tendance : Sénateur patricien et isolationniste
Première page de la domus : En cliquant sur la domus, pour savoir tout sur les membres, sur la richesse familiale, qui est encore à marier ou mort.
Naissance : 346
Cursus Honorum : Quaestor : 377 - 378 Aedilis : 379 - 382 Praetor : 383 - 384 Consul : 386 Censeur : 394 - 395
Cursus Officium : Rerum gestarum scriptor : 378 - 379 Legatus : 385 (Aesium, Bovianum, Apulie) 393 (Pays des Taurins) Flamen: 385 à 393 (Vesta) Magister Equitum : 387 Pro Consul : 388 - 389
Liens divers : Pour en savoir plus sur les Sergii Ahenobarbi, suffit de cliquer dessus. Ou encore sur l'arbre généalogique (dernière mise à jour : 396) de la gens Sergia. Ou bien sur la composition du sénat (dernière mise à jour : 390). Ma carte perso montrant l'étendue de la république romaine (dernière mise à jour : 393), et des territoires connus (Ma carte montrant l'Urbs et ses quartiers).
 Adresse email Haut de page Bas de page 
 
PETRONIUS SABINUS Publius
Avatar

Autorisation : Membre
Nb de messages : 4208
Inscrit le : Dim 01 Avr 2007
Posté le : Mer 23 Jan 2013    


Citer : SERGIUS AHENOBARBUS Cnaeus
/Regardant le censeur.

Si certains bloquent cette loi, juste pour le plaisir de pouvoir se présenter comme flamine majeur et non comme flamine mineur, je leur recommanderai de ne pas oublier où est l'intérêt de Rome. Rome avant tout. Rome ! Rome ! Rome !



C'est bien mal me connaitre Edile, Flamine de Mercure je suis, Flamine de Mercure je resterai, quelquesoit le statut que la Lex donnera à ce Flaminat...et contrairement à d'autres je respecterai cette loi si elle est voté.

Quand à l'intérêt de Rome, je l'ai toujours à l'esprit comme j'ai toujours la Pax Deorum à l'esprit, comme j'ai toujours à l'esprit le rôle de Mercure, Message des Dieux, Mercure, Guide des Ames...

quand à ton propos, je te le retourne Edile, quel intérêt avait le Legislateur Dobrasus à faire d'un Flaminat mineur le Flaminat de Mercure ? N'est ce pas un besoin politique d'affaiblir un Sénateur qui avait reçu avant lui l'investiture pour reformer le Codex de la part du Sénat ?

Un Sénateur qui dans l'esprit d'une reforme allant dans le sens du consensus lui a presenter les travaux de la commission avant même de les avoir presenter au Sénat et à accepter de differer leurs diffussions pour eviter d'interferer avec ses propres textes...

L'intérêt de Rome, Edile, je l'ai toujours à coeur au point de savoir me mettre en retrait car j'ai eu la faiblesse de croire que cette reforme necessaire pourrait avancée grâce au Sénateur Dobrasus.

quant à
Citer
notre bon Législateur Exceptionnel, l'honorable Clodianus Dobrasus

j'ai reçu sa reponse à la relance que j'ai moi même donné à ce débat...

J'avoue avoir hésité à presenter cette lettre au Sénat, mais ton propos Edile m'oblige a reveler tout le respect, l'estime et la confiance que le Sénateur Dobrasus, dont le mandat de Legislateur exeptionnel est terminé, tient cette Curie :


Citer : Dobrasus
J'ai quitté les débats, parce qu'ils sont indignes. Je reçois encore les minutes du sénat, et je constate que le consulaire saxa est toujours aussi peu constructif et haineux. Dans ces conditions, je laisse cette réforme s'enterrer, parce que le sénat en a voulu ainsi.

J'appuie le texte modifié, tel que je l'ai eu. Je te souhaite bien du courage, on ne peut rien faire d'un sénat avec des magistrats aussi indignes et crasseux.

Dobrasus



Si l'appui à son texte de Loi n'est pas surprenant, je vous laisse Patrès juger par vous même de l'abandon de sa volonté de finir le travail de reforme et de son avis sur le rôle du Sénat...

----------------------
Delégué auprès des Anares en 352, Envoyé consulaire chez les Lingons en 353,354,355
En campagne chez les Anares 354,355, Envoyé consulaire dans le Nord (Insubres et Helvetes)356
Lingons 357 à 360, Anares 361, 363, 364, 378, 365, 366, 368, 374, 375, Etrurie 371, 379 - 384 ,Mercure 369 - 386, 386 -
  Haut de page Bas de page 
 
PETRONIUS SABINUS Publius
Avatar

Autorisation : Membre
Nb de messages : 4208
Inscrit le : Dim 01 Avr 2007
Posté le : Mer 23 Jan 2013    

Dans ses conditions je presente devant vous Patrès les amendements à ce texte suivant à l'exempeld ela Loi actuelle :


Citer
Article I : Seuls sont dieux romains Jupiter le Très Grand, Mars le Très Valeureux, Junon la Très Bonne, Mercure le Très Favorable, Cérès, Vulcain, Neptune, Venus, Bacchus, Pluton, Apollon, Vesta, Minerve, Diane, Quirinus, Esculape, Saturne, Janus et Terminus.

Ils sont les membres du Panthéon de la religion civique romaine

Article II : Il est reconnu Six cultes divinités majeures : Jupiter, Mars, Junon, Mercure, Neptune et Minerve.

Les autres divinités sont reconnues mineures.



----------------------
Delégué auprès des Anares en 352, Envoyé consulaire chez les Lingons en 353,354,355
En campagne chez les Anares 354,355, Envoyé consulaire dans le Nord (Insubres et Helvetes)356
Lingons 357 à 360, Anares 361, 363, 364, 378, 365, 366, 368, 374, 375, Etrurie 371, 379 - 384 ,Mercure 369 - 386, 386 -
  Haut de page Bas de page 
 
GAIUS Julius
Avatar

Autorisation : Membre
Nb de messages : 790
Inscrit le : Ven 11 Nov 2011
Posté le : Mer 23 Jan 2013    

Edile Sergius, aurais tu pris des cours avec le Consul Marius ? Le texte final proposé arrive, nous débattons sur quelques points et immédiatement après tu demande à ce qu'il soit mis au vote car les débats ont trop duré ? Ce n'est pas l'exemple même d'un travail Républicain...

J'approuve pour ma part l'amendement proposé par le Censeur, même si j'estime cela insuffisant, la loi encadrant encore trop le fonctionnement de notre religion. Mais si c'est ce texte qui fait consensus....

  Haut de page Bas de page 
 
BARREZUS Patronus Collegius
Avatar

Autorisation : Membre
Nb de messages : 1846
Inscrit le : Mar 12 Jui 2007
Posté le : Mer 23 Jan 2013    

Après s'être rendu chez le sénateur Dobrasus pour savoir ce qu'il convenait de faire, le pontife arrive en retard à la discussion et donc au coeur du débat.

Comme pour lui-même.


Et dire que certains prétendent qu'il faut savoir vivre aussi.

J'en connais qui n'en laisserait pas le temps au autres.


Il s'assoit, écoute les dernières paroles, relit les minutes.

Puis se lève, attend le silence pour prendre la parole et se met à parler.

Bien, évitons une fois de plus les querelles inconstructives.

Je vais commencer par répondre au préteur par un raisonnement absurde mais fondé.

Tu nous dis qui sommes-nous pour reléguer Mercure au rang de divinité mineure ?

Alors que la tradition le présentait comme l'une des quatre divinité majeure.

Mais qu'est-ce que la tradition, si ce n'est les choix de nos ancêtres que nous tenons pour aquis et indiscutable.

Alors laisse-moi te répondre ceci :

Mais qui étaient nos ancêtres pour considérer que Minerve, la protectrice de Rome, déesse sage de la stratégie guerrière et de la paix comme une divinité mineure ?

Qui étaient-il pour considérer Neptune, frère de Jupiter très bon et très grand, roi de hommes et des dieux qui règne sur le ciel et la terre et qui a confié à ce frère la garde des mers, qui étaient nos ancêtres pour le considérer ce frère de notre père à tous comme une divinité mineure ?

Qui étaient nos ancêtre pour ignorer le premier dieu né sur ces terre du latium, Janus, des des passages et interdire de l'évoquer à chaque début et chaque fin ?

Qui étaient nos ancêtres pour considérer Romulus, fondateur de notre cité comme un dieu mineur en tant que Quirinus ?

C'était pourtant des hommes sages mais pourquoi, alors, de simples hommes se sont-ils permis de classer les dieux en deux catégories, mineure et majeure ?

Peut-être parce qu'ils ne jugeaient pas les dieux mais les cultes et l'accès à l'office religieux des différentes classes sociales, patriciat et plébe.

Se tournant vers le censeur.

Tu me dis que de nombreux patriciens ont servi Mercure avec dévouement, j'en suis conscient à un telle point que je pourrai le crier haut et fort dans toutes les rues de Rome.

Tu te sers de cela comme d'un argument : il est fort juste et impossible à nier.

Cependant comme dans tout postulat, il faut considérer sa réciproque :

- devions-nous "déclasser" Junon, parce que son flamine, le sénateur Comnius avait disparu de la circulation et ne faisait plus son travail ?
- Devons-nous déclasser Mars parce que son flamine se fait peu bavard ses dernier temps.
- Fallait-il déclasser Jupiter parce que certains pontife n'ont pas assuré son service ?

Bien évidemment que non, car les flaminat et les cultes sont une affaire d'homme.

Les dieux sont omniprésent, omniscient et omnipotent et en ce sens il n'y en a pas de majeur ou de mineur, il y a Jupiter, leur roi, son épouse, ses frères et ses soeurs, ses enfants.

Et d'autres encore qui dépendent des plus puissants mais qui restent supérieurs aux plus grands des mortels.

J'en arrive donc à l'idée qu'il faudrait de parler de cultes majeurs et et de cultes mineurs, et non pas de dieux.

Oui, mais alors comment les classer : par la quantité des croyants et pratiquants, par tous les dieux, j'ose espérer que tous les romains prient tous les dieux avec la même ferveur.

Par la qualité des cultes : comment mesurer la qualité ?

Non, le fondement de cette distinction quand je lis la loi actuelle ou ce projet, il s'agit de l'accès aux flaminats pour les patricien et les plébéiens.

Censeur,

tu proposes un amendement à ce projet,

à mes yeux, il n'est ni mieux, ni pire que le texte du sénateur Dobrasus ou que la loi actuelle, car toujours aussi insultant pour les dieux que nous ne reconnaissons pas comme majeur dans notre loi.

Il attend les premières réactions avant de continuer et reste donc debout.

----------------------
Inexpérimenté jusqu'en 350.
Administrateur des travaux dans le sud 350- 352, 355.
Secrétaire de la coopérative de Cérès 353-359.
Quaestor 356, 357, 358 ; surnommé le financier, puis le Questeur.
Aedilis 360, 361, 362.
Légat en Samnium 364, surnommé Patronus.
Préteur 366, 367, surnommé la Mule.
Gouverneur du Samnium 368, 369, 371.
Consul 374, 375, 376.
Retraité 377-380.
Pontife 381-
 Adresse email Haut de page Bas de page 
 
PETRONIUS SABINUS Publius
Avatar

Autorisation : Membre
Nb de messages : 4208
Inscrit le : Dim 01 Avr 2007
Posté le : Mer 23 Jan 2013    

laisse le temps de la reflexion et de la prise de parole à d'autres

----------------------
Delégué auprès des Anares en 352, Envoyé consulaire chez les Lingons en 353,354,355
En campagne chez les Anares 354,355, Envoyé consulaire dans le Nord (Insubres et Helvetes)356
Lingons 357 à 360, Anares 361, 363, 364, 378, 365, 366, 368, 374, 375, Etrurie 371, 379 - 384 ,Mercure 369 - 386, 386 -
  Haut de page Bas de page 
 
SERGIUS AHENOBARBUS Cnaeus
Avatar

Autorisation : Membre
Nb de messages : 3890
Inscrit le : Ven 16 Sep 2011
Posté le : Mer 23 Jan 2013    

/Vers le censeur.

Mais bien sûr. Tu avais des semaines, des mois, pour demander qu'on rajoute Mercure dans les dieux majeurs, mais non, tu as préféré attendre encore et encore. Je m'oppose que l'on tienne compte de ta demande d'amende la loi. Elle n'a que trop été modifié et retardé.

De plus, ce n'est pas le dieu Mercure qui est remit en cause, mais plutôt le statut du flamine de ce dieu, qu'il soit considéré comme un flamine mineur au lieu de majeur. Je doute que tu y tiennes tant à ce que le flaminat de Mercure figure parmi les flaminats majeurs, si tu n'en étais pas le flamine en question.


----------------------
CNAEVS•SERGIVS•PROCVLI•FILIVS•VOPISCI•NEPSOS•AHENOBARBVS•LACERATIONIS
Rang et tendance : Sénateur patricien et isolationniste
Première page de la domus : En cliquant sur la domus, pour savoir tout sur les membres, sur la richesse familiale, qui est encore à marier ou mort.
Naissance : 346
Cursus Honorum : Quaestor : 377 - 378 Aedilis : 379 - 382 Praetor : 383 - 384 Consul : 386 Censeur : 394 - 395
Cursus Officium : Rerum gestarum scriptor : 378 - 379 Legatus : 385 (Aesium, Bovianum, Apulie) 393 (Pays des Taurins) Flamen: 385 à 393 (Vesta) Magister Equitum : 387 Pro Consul : 388 - 389
Liens divers : Pour en savoir plus sur les Sergii Ahenobarbi, suffit de cliquer dessus. Ou encore sur l'arbre généalogique (dernière mise à jour : 396) de la gens Sergia. Ou bien sur la composition du sénat (dernière mise à jour : 390). Ma carte perso montrant l'étendue de la république romaine (dernière mise à jour : 393), et des territoires connus (Ma carte montrant l'Urbs et ses quartiers).
 Adresse email Haut de page Bas de page 
 
PETRONIUS SABINUS Publius
Avatar

Autorisation : Membre
Nb de messages : 4208
Inscrit le : Dim 01 Avr 2007
Posté le : Mer 30 Jan 2013    

Vraiment tu n'y comprends rien, j'aurais été Pontife ou simple sénateur que ma position n'aurait pas changée...

L'Ordre que les hommes ont éabli a été approuvé par les Dieux, si ce projet passe en l'etat et reçoit l'assentiment du peuple et des Dieux, je m'y plierais...je ne serais pas moins devoué, pas moins pieux, pas moins attentif et appliqué dans les cérémonies et rituels qui maintiennent la pax deorum...

Pour le reste ce projet est incomplet et il dois être completé avant sa mise au vote...

Si certains d'entre vous l'ignore et que d'autres l'on oublié, au coté des Vestales se trouvent soixantes servantes de Diane, qu'il est necessaire d'inclure dans ce projet...je vous rappel Patrès que ces servantes et le sacrifice d'un cerf blanc et 100 descendants des compagnons de Romulus en communion pour montrer la dévotion d'un peuple et l'urgence d'une situation furent ce qui eloigna la colère divine et l'Epidemie de Rome.

Un article devrait être donc inclu reprenant partiellement les termes du rituel qui fut retrouvé :


Citer
Nous devrons prouver notre bonne volonté à la déesse. L'Histoire veut que Diane, assise sur les genoux de son père Jupiter, lui demanda en cadeau :
" Une éternelle virginité, autant de nom que son frère Apollon, un arc et des flèches semblables aux siens, la fonction d'apporter la lumière, une tunique de chasse de couleur safran avec bordure rouge, soixante nymphes océanes, toutes de même âge (neuf ans), vingt nymphes de l'Amnisos en Crète pour prendre soin de ses brodequins et nourrir ses lévriers."

Ainsi, soixante jeunes filles de neuf ans devront être désignées pour devenir les suivantes de Diane à Rome. Elles seront présentées avec la tunique demandée par Diane, couleur Safran avec une bordure rouge.

Ces jeunes femmes seront alors sous la protection de Rome, leur éducation religieuse devra être assuré, leur virginité devra rester intacte et leur besoin assuré. Diane est dure mais juste. Si la cause est juste, elle pourra accepter la demande. Les mortels devront être sincères et toujours respecter leur parole. La Déesse sauvage porte très bien son nom.



----------------------
Delégué auprès des Anares en 352, Envoyé consulaire chez les Lingons en 353,354,355
En campagne chez les Anares 354,355, Envoyé consulaire dans le Nord (Insubres et Helvetes)356
Lingons 357 à 360, Anares 361, 363, 364, 378, 365, 366, 368, 374, 375, Etrurie 371, 379 - 384 ,Mercure 369 - 386, 386 -
  Haut de page Bas de page 
 
SERGIUS AHENOBARBUS Cnaeus
Avatar

Autorisation : Membre
Nb de messages : 3890
Inscrit le : Ven 16 Sep 2011
Posté le : Mer 30 Jan 2013    

Et c'est reparti pour des semaines de blablas et de retardement de la loi.

A croire que certains n'ont que cela à faire.


/Se levant.

Qu'on présente le dernier texte rédigé par le législateur exceptionnel et puis c'est tout. Si certains veulent perdre encore des années pour y rajouter des lignes inutiles, qu'ils le fassent mais après.

Pour ma part, je voterai immédiatement CONTRE si on ose présenter dans des semaines un projet encore modifié, juste pour faire plaisir à certains narcissiques.


/S'en va.

----------------------
CNAEVS•SERGIVS•PROCVLI•FILIVS•VOPISCI•NEPSOS•AHENOBARBVS•LACERATIONIS
Rang et tendance : Sénateur patricien et isolationniste
Première page de la domus : En cliquant sur la domus, pour savoir tout sur les membres, sur la richesse familiale, qui est encore à marier ou mort.
Naissance : 346
Cursus Honorum : Quaestor : 377 - 378 Aedilis : 379 - 382 Praetor : 383 - 384 Consul : 386 Censeur : 394 - 395
Cursus Officium : Rerum gestarum scriptor : 378 - 379 Legatus : 385 (Aesium, Bovianum, Apulie) 393 (Pays des Taurins) Flamen: 385 à 393 (Vesta) Magister Equitum : 387 Pro Consul : 388 - 389
Liens divers : Pour en savoir plus sur les Sergii Ahenobarbi, suffit de cliquer dessus. Ou encore sur l'arbre généalogique (dernière mise à jour : 396) de la gens Sergia. Ou bien sur la composition du sénat (dernière mise à jour : 390). Ma carte perso montrant l'étendue de la république romaine (dernière mise à jour : 393), et des territoires connus (Ma carte montrant l'Urbs et ses quartiers).
 Adresse email Haut de page Bas de page 
 
GAIUS Julius
Avatar

Autorisation : Membre
Nb de messages : 790
Inscrit le : Ven 11 Nov 2011
Posté le : Jeu 31 Jan 2013    

Ricane

L'Edile Sergius sort de séance quand il est contrarié ? ça c'est une première ! ou pas...

  Haut de page Bas de page 
 
PETRONIUS SABINUS Publius
Avatar

Autorisation : Membre
Nb de messages : 4208
Inscrit le : Dim 01 Avr 2007
Posté le : Mar 05 Fév 2013    

attends patiemment après la sortie de l'Edile Sergius...au printemps 383, aucun sénateur n'ayant oser poursuivre le débat, le Censeur poursuit

Patrès, Pontife,

Voici le texte modifié selon le projet originellement presenté par le Sénateur Dobrasus.


Citer
La loi de la religion des romains

La loi de la religion des romains, votée dans le cadre de la dictature plébéienne et de la législation d'exception accordée par le sénat, sous les consulats des sénateurs Arius Saxa et Marius, en l'an 382.

Préambule: La religion des romains est sociale, civique et donne toute sa cohérence au système républicain voulu par les dieux, servi par les hommes. Elle doit répondre à toutes les difficultés qu'il rencontre, avec sagesse et recul.

La loi générale de la religion civique de 342, de TARANTINUS Caius et TUBBSARIUS Flavius est abrogée.

Première partie, de la triade romaine, des dieux et des cultes.

Article 1 : Seuls sont dieux romains Jupiter le Très Grand, Mars le Très Valeureux, Junon la Très Bonne, Mercure le Très Favorable, Cérès, Vulcain, Neptune, Venus, Bacchus, Pluton, Apollon, Vesta, Minerve, Diane, Quirinus, Esculape, Saturne, Janus et Terminus.

Ils sont les membres du Panthéon de la religion civique romaine

Article 2 : Il est reconnu Six cultes divinités majeures : Jupiter, Mars, Junon, Mercure, Neptune et Minerve.

Les autres divinités sont reconnues mineures.

Art 3 Chacune des divinités romaines possède un flaminat, un collège de prêtres et un culte peut lui être dédié. La république romaine prend en charge toutes les dépenses qui y sont liées; et le flamine a toute autorité sur le personnel du culte auquel il est lié.

Art 4 Le conseil des flamines a l'autorité nécessaire pour qualifier le statut des dieux de Rome. Le pontife convoque alors une session extraordinaire du conseil des flamines, dont il rédige un rapport public qui sera rendu au sénat et aux tribuns de la plèbe. Ce rapport comprend le projet tel qu'il le voit et ses motivations qu'il a présentées à ses flamines. Il organise alors une cérémonie suprême, unissant le peuple romain et ses représentants, pour le vote du projet par le conseil des flamines. Cette autorité ne doit cependant pas être galvaudée, et elle sera limitée à une seule intervention par pontificat. A aucun moment cette cérémonie ne saura cependant remettre en question le statut des dieux de la triade.

Art 5 La république romaine tolère la pratique de cultes étrangers à la religion des romains, si tant est que celle-ci se cantonne à la sphère privée. Elle interdit toute manifestation publique de cette croyance, sous toutes ses formes, toute manifestation publique débutant hors de la propriété privée des croyants.

Art 6 Le pontife peut interdire tout culte étranger à la religion des romains, si celui s'avère être dégradant pour les dieux romains ou troublant l'ordre public, même s'il se cantonne à la sphère privée. La décision suprême du pontife est alors suspensive et prend effet immédiatement, en attendant qu'elle soit soumise au conseil des flamines et aux augures, pour validation.

Art 7 Il n'existe aucun interdit pour entrer dans le clergé romain. Tous les citoyens peuvent devenir prêtres, ou grands prêtres.

Deuxième partie, les flaminats de Rome, les Vestales et les Suivantes de Diane.

Titre 1, les flaminats.

Art 1 Les flaminats sont des charges, et sont donc compatibles avec une magistrature du cursus honorum, ou toute autre charge existante.

Art 2 Un flamine est responsable de l'organisation de son culte sur tout le territoire républicain. Il a à sa charge l'organisation de toutes les festivités qu'il jugera nécessaire pour la visibilité de sa divinité de tutelle, et en collectera les fonds nécessaires. A ce titre, il a la possibilité de consulter les augures pour toutes les questions concernant son Dieu, en en rendant compte au pontife. Un flamine majeur peut associer des divinités mineures à la sienne lors des cérémonies qu'il organise, après avoir consulté le pontife qui a un droit de veto sur cette célébration.

Art 3 L'éloignement durable de Rome est proscrit à un flamine, qui ne peut donc postuler à toute charge de gouverneur. Si l'éloignement est limité dans le temps, un flamine peut postuler à des charges telles que les légatures ou les promagistratures. Cependant, si l'éloignement temporaire tend à être supérieur à une année, le pontife consultera les augures au sujet de son flamine, et tant que les augures confirmeront le maintien du flamine l'éloignement pourra être toléré tant qu'il reste temporaire.

Art 4 Les flamines remplissent leurs charges tant que les auspices les renouvelant leur maintiennent toute confiance.

Art 5 Un flamine mineur doit être masculin et ne pas avoir été sanctionné par le censeur pour mauvaises mœurs ou toute autre faute dégradante. Il doit être au moins de la seconde classe censitaire.

Art 6 Un flamine majeur doit être patricien, sans conditions, et ne pas avoir été condamné par le censeur pour toute faute dégradante ou mauvaise mœurs.

Art 7 Lorsqu'un flaminat est vacant, le pontife lance un appel à candidatures et retient deux noms au moins parmi tous les candidats répondant aux conditions d'accès. Il les départage ensuite en soumettant leurs noms aux augures. Si un seul candidat se présente, le pontife peut décider oui ou non de soumettre son nom aux augures. Dans le cas où un flaminat est vacant, c'est le pontife qui remplit cette charge où délègue celle-ci à un de ses flamines majeurs.

Art 8 Tous les trois ans, le nom d'un flamine majeur et ceux de quatre flamines mineurs sont soumis à la consultation des augures, qui décide oui ou non de leur maintien dans leurs fonctions. Cependant, le pontife peut décider de soumettre ses flamines aux augures quand il le souhaite, à raison d'un flamine majeur et de quatre flamines mineurs par an. Ainsi, un flamine ne peut voir son renouvellement envisagé plus d'une fois par an.

Art 9 Un flamine peut décider de quitter sa charge. Il soumet sa décision au pontife, qui transmettra pour les flamines majeurs leur décision au sénat. Le pontife convoque ensuite les augures, et s'ils acceptent l'ancien flamine ne pourra plus jamais postuler à un autre flaminat. Il ne sera pas considérée comme une démission de voir un flamine majeur postuler à la fonction suprême de pontife. S'il n'est pas choisi, il devra cependant demander à son dieu tutélaire s'il accepte de nouveau son service, auquel cas il lui rendra une cérémonie.

Titre 2, les vestales.

Art 1 Les vestales sont des prêtresses liées à la déesse Vesta, l'ancienne gardienne du feu de la cité. Elle était vierge, alors les vestales doivent être vierges. Une vestale doit également être patricienne, âgée de 10 à 25 ans pour être choisie par le pontife. L'ensemble des vestales constitue un collège des vestales.
Les vestales sont sous l'autorité des dieux et donc déchargé de l'autorité familiale tout le temps qu'elles sont vestales

Art 2 Les vestales veillent sur le foyer allumé dans le temple de Vesta, dont l'extinction pourra seulement être commentée et interprétée par le pontife. Elles participent aux cérémonies du dieu auxquelles elles sont rattachées par le pontife.

Art 3 Une vestale sert son dieu pendant un service de trente années, jusqu'à l'âge maximum de 50 ans. A ce titre, elle bénéficie d'une rente et d'un logement. Cependant, une famille peut faire la demande au pontife de laisser une vestale quitter sa charge.

Art 4 Le collège des vestales doit se réunir une fois par an, et peut rendre son rapport au pontife s'il en fait la demande. Il est présidé par la grande vestale, qui est choisie en début de pontificat par le pontife. Elle doit alors avoir 30 ans au moins pour être désignée. Si aucune des vestales n'est âgée de trente ans, le pontife en choisira une parmi les deux plus âgées et transmettra son choix aux augures.
La grande vestale représentera ainsi les vestales au sein du conseil des flamines et ne rendra de comptes qu'au pontife.

Art 5 Une vestale ne peut être contrainte ou subir un ordre en dehors du cadre d'une enquête officielle, cadre dans lequel son témoignage sera reçu sans besoin de prêter serment. Si une d'entre elle perd sa chasteté, elle sera déchue de sa charge sur le champ, et sa famille sera publiquement répudiée par le pontife si elle ne l'a pas perdue sous la contrainte. Une vestale sera toujours protégée par un licteur attitré lors de ses déplacements.

Des Suivantes de Diane

Art 1 : Soixante jeunes filles patriciennes de neuf ans servant au culte de Diane sont reconnu les suivantes de Diane à Rome. Elles sont présentées avec la tunique demandée par Diane, couleur Safran avec une bordure rouge.

Art2 : Leurs service dure un an complet, durée durant laquelle elles sont prise en charge par la Grande Vesta et sont sous l'autorité de la Déesse et donc déchargé de l'autorité familiale durant l’année.

Art3 : Leur éducation religieuse est assurée par les Vestales et le clergé de Diane.

Art 4 : Leur virginité devra rester intacte durant l'année et au terme de l'année écoulée, l'on procède à leur renouvellement.

Troisième partie, du pontife.

Art 1 Le pontife est le flamine du roi des dieux, Jupiter. Il est supérieur aux autres flamines, et incarne l'autorité suprême en matière de religion. Son autorité s'étend à tous les membres du clergé romain, y compris les flamines. A ce titre, son droit de consulter les augures est illimité et ne doit être remis en cause par qui que ce soit au sein du clergé, sous peine de déchéance immédiate de son poste ou de sa charge.

Art 2 Le pontificat est, à la différence des autres flaminats, une magistrature et non une charge. Le pontife ne peut ainsi accéder à une magistrature du cursus honorum, mais 12 licteurs pontificaux lui sont à ce titre alloués.

Art 3 En tant qu'autorité suprême en matière de religion, le pontife préside de facto toutes les cérémonies religieuses auxquelles il décide d'assister.

Art 4 La personne du pontife est en ce sens considérée comme sacrée. Nul ne peut lever la main sur un pontife ou intenter physiquement à sa personne. Au sénat, nul n'injurie le pontife. Ces faits avérés sont jugés sacer: le pontife peut alors décider de la déchéance des auteurs de ces faits gravissimes, de leurs magistratures ou de leur citoyenneté, sans qu'aucune autre autorité ne puisse s'y opposer car il est omniscient pour tout ce qui touche au sacré. Ainsi, un citoyen tuant un individu déclaré publiquement sacer ne sera pas poursuivi pour meurtre, et le pontife a le droit d'injonction envers tout magistrat du cursus pour faire arrêter et mettre à mort un individu déclaré sacer. Les biens d'un individu déclaré sacer peuvent être confisqués si le pontife en fait la demande, et sont alors intégrés au budget religieux.

Art 5 Le pontife est responsable du budget religieux, qu'il répartit à sa discrétion. Il reçoit cette somme en début d'année, ou au plus tard au printemps, des mains de la questure, et rend un rapport sur son utilisation en fin d'année.
Il est ainsi décidé, chaque fin d'année, que le pontife fixe le seuil des sommes allouées à chaque flaminat, les fonds discrétionnaires du pontife et les frais de gestion des clergés. Cette somme ne pourra cependant jamais descendre sous le seuil minimum de 700 000 as, ni dépasser le plafond équivalent à trois fois cette somme, sauf sous l'autorisation unanime des trois questeurs de la république.

Art 6 Le pontife possède un droit de veto sur les décisions du sénat, des tribuns et de tout magistrat sur tous les actes concernant la religion, ce qui inclut les constructions. Sont exclues de ce cadre les consultations d'augures par les magistrats à imperium.

Art 7 Le pontife peut directement proposer une loi à caractère religieux aux débats et il a toute latitude ensuite pour convoquer les comices, sans passer par le consulat.

Art 8 Le pontife ne peut quitter Rome, sauf en cas de péril grave nécessitant sa présence. S'il l'estime nécessaire, il consulte alors Jupiter pour lui demander sa permission, et est autorisé à partir une fois la décision du roi des dieux publiée au sénat. A son retour, le pontife demandera à Jupiter s'il l'accepte toujours à son service.

Art 9 En cas de vacance du pontificat, ce sont les flamines majeurs des dieux de la triade qui l'accomplissent. Ils enregistrent alors les candidatures selon les conditions requises, et suivent la procédure décrite dans la deuxième partie, titre 1, article 7.

Art 10 Est crée le registre des miracles. Le pontife y consigne tous les actes extraordinaires enregistrés qui viennent à sa connaissance. Il a toute discrétion pour enquêter avec les moyens dont il dispose sur ce type de faits avérés dans le passé.

Art 11 Le pontife peut recevoir des dons, qu'il intègre au budget religieux ou à ses fonds discrétionnaires mais il doit les mentionner dans son rapport de fin d'année.

Art 12 Le pontife peut engager tout citoyen libre de magistratures, au service de la religion, sur ses fonds discrétionnaires ou ses fonds propres. Il doit le mentionner dans son rapport de fin d'année.

Art 13 Aucune autre personne que le pontife ne peut décider de son renouvellement. Le pontife soumet son nom aux augures au minimum tous les trois ans, au maximum une fois par an. Un pontife oubliant ostensiblement de renouveler son nom ou celui de ses flamines suspend cependant cette interdiction: dans ce cas, un magistrat à imperium pourra questionner les augures sur la confiance que lui accorde encore ou non Jupiter.

Quatrième partie, du conseil des flamines, des terres de Jupiter et de l'assimilation.

Titre 1, du conseil des flamines.

Art 1 Tous les flamines sont membres du conseil des flamines et sont tenus d'y assister. Le pontife le préside, et aucun conseil ne peut être réuni en son absence.

Art 2 Tous les actes, les décisions et les déclarations du conseil des flamines sont soumis à un vote. Il est mené sur le barème suivant: chaque flamine mineur possède une voix, chaque flamine majeur possède quatre voix. En cas d'égalité, le pontife arbitre et il peut aussi décider de suspendre une décision du conseil par son droit de veto.
Le conseil des flamines peut aussi utiliser un droit de veto envers le pontife. Il est motivé par les deux autres flamines des dieux de la triade, un flamine majeur et au moins quatre flamines mineurs. Dans ce cas, le pontife consulte les augures sur la question litigieuse.

Art 3 Le conseil a un rôle central en matière de religion. Aucun acte législatif concernant la religion ne peut être effectif sans sa validation.

Titre 2 Des terres de Jupiter.

Art 1 En 325, la république a fait don de 500 000 ares d'ager publicus au clergé de Jupiter. Il a toute latitude sur l'utilisation de ces terres et nul ne saurait remettre en cause cette propriété.

Art 2 Ces terres sont inaliénables, et elles ne sauraient donc être transmises sous forme d'héritage.

Art 3 Si des récoltes sont produites sur ces terres, les sommes récoltées par la vente sont directement intégrées au budget religieux.

Titre 3 De l'assimilation.

Art 1 L'assimilation des dieux étrangers et des peuples alliés est à la charge du pontife et du conseil des flamines.

Art 2 Les dieux tutélaires étrangers, tels qu'ils sont reconnus; sont assimilables à ceux de la triade romaine ou des dieux majeurs romains, à la discrétion du conseil des flamines.

Art 3 Les dieux des fleuves, des ruisseaux et des rivières sont placés sous la tutelle de Neptune et de son flaminat.
Les dieux des forêts, des chasseurs sont placés sous la tutelle de Diane et de son flaminat.
Les dieux des terres, de l'agriculture sont placés sous la tutelle de Cérés et de son flaminat.

Art 4 Tous les autres dieux sont qualifiés suivant les décisions du conseil des flamines.

Cinquième partie, des augures et du pomerium

Titre 1, des augures.


Art 1 Le collège des augures est l'intermédiaire entre les hommes et les dieux. Il est composé de 6 membres, choisi par cooptation parmi les prêtres des cultes publics reconnus. Ses paroles sont sacrées, et ne sauraient être remises en cause par qui que ce soit.

Art 2 Toutes interprétations fonctionnelles des paroles des augures est interdite. Cependant, le pontife peut interpréter la volonté divine et les signes divins, à sa discrétion.

Art 3 Le pontife a un droit illimité de consultation des augures. Les flamines peuvent le consulter pour toute question concernant leurs dieux en en référant au pontife. Les magistrats à imperium ont toute latitude pour les consulter pour les décisions concernant la menée de la république.

Art 4 Un augure peut quitter Rome si des prises d'auspices sont nécessaires en dehors du pomerium. Il consultera les autres membres du collège des augures, qui soumettront cette décision à l'autorité du roi des dieux et de son représentant sur terre.

Titre 2, du pomerium.

Art 1 Le pomerium est l'enceinte sacrée que Romulus a tracé lors de la fondation. Cette limite ne saurait être revue, changée, reniée ou oubliée par qui que ce soit.

Art 2 Il est interdit de porter une arme pour tuer, blesser ou mutiler un être humain dans l'enceinte sacrée. Cette interdiction n'inclut donc pas les sacrifices offerts aux dieux toute l'année.

Art 3 En cas de violation du pomerium, le pontife banni les responsables de cette injure, qu'il peut déclarer sacer. Il mène une cérémonie d'expiation au temple de Quirinus, dans le but d'obtenir son pardon.

SPQR



----------------------
Delégué auprès des Anares en 352, Envoyé consulaire chez les Lingons en 353,354,355
En campagne chez les Anares 354,355, Envoyé consulaire dans le Nord (Insubres et Helvetes)356
Lingons 357 à 360, Anares 361, 363, 364, 378, 365, 366, 368, 374, 375, Etrurie 371, 379 - 384 ,Mercure 369 - 386, 386 -
  Haut de page Bas de page 
 
BARREZUS Patronus Collegius
Avatar

Autorisation : Membre
Nb de messages : 1846
Inscrit le : Mar 12 Jui 2007
Posté le : Ven 08 Fév 2013    

Après son intervention Collegius ignorant les remarques de l'édile et du préteur, griffonne sur une tablette, quand le censeur reprend, il écoute attentivement puis secoue la tête négativement.

Censeur, les corrections sont justes par rapport à tes propos, mais ne prenne pas en compte mes remarques.

Qui sommes-nous pour émettre un... "classement" parmi les dieux ? Nous ne sommes que des hommes, pas leurs égaux.

Si je puis me permettre : peut-être le sénat acceptera ces quelques modestes propositions qui sans être parfaites s'efforcent de rappeler notre humilité devant les dieux.


Citer
La loi de la religion des romains

La loi de la religion des romains, votée dans le cadre de la dictature plébéienne et de la législation d'exception accordée par le sénat, sous les consulats des sénateurs Arius Saxa et Marius, en l'an 382.

Préambule: La religion des romains est sociale, civique et donne toute sa cohérence au système républicain voulu par les dieux, servi par les hommes. Elle doit répondre à toutes les difficultés qu'il rencontre, avec sagesse et recul.

La loi générale de la religion civique de 342, de TARANTINUS Caius et TUBBSARIUS Flavius est abrogée.

Première partie, de la pléiade romaine, des dieux et des cultes.

Article 1 : Le sénat et le peuple romain reconnaisse l’omniprésence, l’omniscience et l’omnipotence de tous les dieux.

Article 2 : Mais dans un souci d’équilibre seuls les cultes de Jupiter le Très Grand, Mars le Très Valeureux, Junon la Très Bonne, Mercure le Très Favorable, Minerve la très sage, Neptune l’empereur des mers, Cérès, Vulcain, Venus, Bacchus, Pluton, Apollon, Vesta, , Diane, Quirinus, Esculape, Saturne, Janus et Terminus, les cultes des dieux qui leur sont assimilés ou les cultes des dieux qui sont déclarés placés sous leur tutelle sont considérés comme cultes publics.

Les autres cultes sont considérés comme privés et ne peuvent être pratiqués sur la voie publique.

Article 3 : Il est reconnu Six cultes majeurs : Jupiter, Mars, Junon, Mercure, Neptune et Minerve. Ils forment la pléiade romaine.

Les autres cultes sont reconnus mineurs.

Article 4 : Chacune des divinités romaines possède un flaminat, un collège de prêtres et un culte peut lui être dédié. La république romaine prend en charge toutes les dépenses qui y sont liées; et le flamine a toute autorité sur le personnel du culte auquel il est lié.

Article 5 : Le conseil des flamines a l'autorité nécessaire pour qualifier le statut des dieux de Rome. Le pontife convoque alors une session extraordinaire du conseil des flamines, dont il rédige un rapport public qui sera rendu au sénat et aux tribuns de la plèbe. Ce rapport comprend le projet tel qu'il le voit et ses motivations qu'il a présentées à ses flamines. Il organise alors une cérémonie suprême, unissant le peuple romain et ses représentants, pour le vote du projet par le conseil des flamines. Cette autorité ne doit cependant pas être galvaudée, et elle sera limitée à une seule intervention par pontificat. A aucun moment cette cérémonie ne saura cependant remettre en question le statut des dieux de la pléiade qui ne peuvent être remis en cause que par un amendement proposé à la présente loi, approuvé par les augures.

Article 6 : La république romaine tolère la pratique de cultes étrangers à la religion des romains, si tant est que celle-ci se cantonne à la sphère privée. Elle interdit toute manifestation publique de cette croyance, sous toutes ses formes, toute manifestation publique débutant hors de la propriété privée des croyants.

Article 7 : Le pontife peut interdire tout culte étranger à la religion des romains, si celui s'avère être dégradant pour les dieux romains ou troublant l'ordre public, même s'il se cantonne à la sphère privée. La décision suprême du pontife est alors suspensive et prend effet immédiatement, en attendant qu'elle soit soumise au conseil des flamines et aux augures, pour validation.

Art 8 Il n'existe aucun interdit pour entrer dans le clergé romain. Tous les citoyens peuvent devenir prêtres, ou grands prêtres.

Deuxième partie, les flaminats de Rome, les Vestales et les Suivantes de Diane.

Titre 1, les flaminats.

Art 1 Les flaminats sont des charges, et sont donc compatibles avec une magistrature du cursus honorum, ou toute autre charge existante.

Art 2 Un flamine est responsable de l'organisation de son culte sur tout le territoire républicain. Il a à sa charge l'organisation de toutes les festivités qu'il jugera nécessaire pour la visibilité de sa divinité de tutelle, et en collectera les fonds nécessaires. A ce titre, il a la possibilité de consulter les augures pour toutes les questions concernant son Dieu, en en rendant compte au pontife. Un flamine majeur peut associer des divinités mineures à la sienne lors des cérémonies qu'il organise, après avoir consulté le pontife qui a un droit de veto sur cette célébration.

Art 3 L'éloignement durable de Rome est proscrit à un flamine, qui ne peut donc postuler à toute charge de gouverneur. Si l'éloignement est limité dans le temps, un flamine peut postuler à des charges telles que les légatures ou les promagistratures. Cependant, si l'éloignement temporaire tend à être supérieur à une année, le pontife consultera les augures au sujet de son flamine, et tant que les augures confirmeront le maintien du flamine l'éloignement pourra être toléré tant qu'il reste temporaire.

Art 4 Les flamines remplissent leurs charges tant que les auspices les renouvelant leur maintiennent toute confiance.

Art 5 Un flamine mineur doit être masculin et ne pas avoir été sanctionné par le censeur pour mauvaises mœurs ou toute autre faute dégradante. Il doit être au moins de la seconde classe censitaire.

Art 6 Un flamine majeur doit être patricien, sans conditions, et ne pas avoir été condamné par le censeur pour toute faute dégradante ou mauvaise mœurs.

Art 7 Lorsqu'un flaminat est vacant, le pontife lance un appel à candidatures et retient deux noms au moins parmi tous les candidats répondant aux conditions d'accès. Il les départage ensuite en soumettant leurs noms aux augures. Si un seul candidat se présente, le pontife peut décider oui ou non de soumettre son nom aux augures. Dans le cas où un flaminat est vacant, c'est le pontife qui remplit cette charge où délègue celle-ci à un de ses flamines majeurs.

Art 8 Tous les trois ans, le nom d'un flamine majeur et ceux de quatre flamines mineurs sont soumis à la consultation des augures, qui décide oui ou non de leur maintien dans leurs fonctions. Cependant, le pontife peut décider de soumettre ses flamines aux augures quand il le souhaite, à raison d'un flamine majeur et de quatre flamines mineurs par an. Ainsi, un flamine ne peut voir son renouvellement envisagé plus d'une fois par an.

Art 9 Un flamine peut décider de quitter sa charge. Il soumet sa décision au pontife, qui transmettra pour les flamines majeurs leur décision au sénat. Le pontife convoque ensuite les augures, et s'ils acceptent l'ancien flamine ne pourra plus jamais postuler à un autre flaminat. Il ne sera pas considérée comme une démission de voir un flamine majeur postuler à la fonction suprême de pontife. S'il n'est pas choisi, il devra cependant demander à son dieu tutélaire s'il accepte de nouveau son service, auquel cas il lui rendra une cérémonie.

Titre 2, les vestales.

Art 1 Les vestales sont des prêtresses liées à la déesse Vesta, l'ancienne gardienne du feu de la cité. Elle était vierge, alors les vestales doivent être vierges. Une vestale doit également être patricienne, âgée de 10 à 25 ans pour être choisie par le pontife. L'ensemble des vestales constitue un collège des vestales.
Les vestales sont sous l'autorité des dieux et donc déchargé de l'autorité familiale tout le temps qu'elles sont vestales

Art 2 Les vestales veillent sur le foyer allumé dans le temple de Vesta, dont l'extinction pourra seulement être commentée et interprétée par le pontife. Elles participent aux cérémonies du dieu auxquelles elles sont rattachées par le pontife.

Art 3 Une vestale sert son dieu pendant un service de trente années, jusqu'à l'âge maximum de 50 ans. A ce titre, elle bénéficie d'une rente et d'un logement. Cependant, une famille peut faire la demande au pontife de laisser une vestale quitter sa charge.

Art 4 Le collège des vestales doit se réunir une fois par an, et peut rendre son rapport au pontife s'il en fait la demande. Il est présidé par la grande vestale, qui est choisie en début de pontificat par le pontife. Elle doit alors avoir 30 ans au moins pour être désignée. Si aucune des vestales n'est âgée de trente ans, le pontife en choisira une parmi les deux plus âgées et transmettra son choix aux augures.
La grande vestale représentera ainsi les vestales au sein du conseil des flamines et ne rendra de comptes qu'au pontife.

Art 5 Une vestale ne peut être contrainte ou subir un ordre en dehors du cadre d'une enquête officielle, cadre dans lequel son témoignage sera reçu sans besoin de prêter serment. Si une d'entre elle perd sa chasteté, elle sera déchue de sa charge sur le champ, et sa famille sera publiquement répudiée par le pontife si elle ne l'a pas perdue sous la contrainte. Une vestale sera toujours protégée par un licteur attitré lors de ses déplacements.

Des Suivantes de Diane

Art 1 : Soixante jeunes filles patriciennes de neuf ans servant au culte de Diane sont reconnu les suivantes de Diane à Rome. Elles sont présentées avec la tunique demandée par Diane, couleur Safran avec une bordure rouge.

Art2 : Leurs service dure un an complet, durée durant laquelle elles sont prise en charge par la Grande Vesta et sont sous l'autorité de la Déesse et donc déchargé de l'autorité familiale durant l’année.

Art3 : Leur éducation religieuse est assurée par les Vestales et le clergé de Diane.

Art 4 : Leur virginité devra rester intacte durant l'année et au terme de l'année écoulée, l'on procède à leur renouvellement.

Troisième partie, du pontife.

Art 1 Le pontife est le flamine du roi des dieux, Jupiter. Il est supérieur aux autres flamines, et incarne l'autorité suprême en matière de religion. Son autorité s'étend à tous les membres du clergé romain, y compris les flamines. A ce titre, son droit de consulter les augures est illimité et ne doit être remis en cause par qui que ce soit au sein du clergé, sous peine de déchéance immédiate de son poste ou de sa charge.

Art 2 Le pontificat est, à la différence des autres flaminats, une magistrature et non une charge. Le pontife ne peut ainsi accéder à une magistrature du cursus honorum, mais 12 licteurs pontificaux lui sont à ce titre alloués.

Art 3 En tant qu'autorité suprême en matière de religion, le pontife préside de facto toutes les cérémonies religieuses auxquelles il décide d'assister.

Art 4 La personne du pontife est en ce sens considérée comme sacrée. Nul ne peut lever la main sur un pontife ou intenter physiquement à sa personne. Au sénat, nul n'injurie le pontife. Ces faits avérés sont jugés sacer: le pontife peut alors décider de la déchéance des auteurs de ces faits gravissimes, de leurs magistratures ou de leur citoyenneté, sans qu'aucune autre autorité ne puisse s'y opposer car il est omniscient pour tout ce qui touche au sacré. Ainsi, un citoyen tuant un individu déclaré publiquement sacer ne sera pas poursuivi pour meurtre, et le pontife a le droit d'injonction envers tout magistrat du cursus pour faire arrêter et mettre à mort un individu déclaré sacer. Les biens d'un individu déclaré sacer peuvent être confisqués si le pontife en fait la demande, et sont alors intégrés au budget religieux.

Art 5 Le pontife est responsable du budget religieux, qu'il répartit à sa discrétion. Il reçoit cette somme en début d'année, ou au plus tard au printemps, des mains de la questure, et rend un rapport sur son utilisation en fin d'année.
Il est ainsi décidé, chaque fin d'année, que le pontife fixe le seuil des sommes allouées à chaque flaminat, les fonds discrétionnaires du pontife et les frais de gestion des clergés. Cette somme ne pourra cependant jamais descendre sous le seuil minimum de 700 000 as, ni dépasser le plafond équivalent à trois fois cette somme, sauf sous l'autorisation unanime des trois questeurs de la république.

Art 6 Le pontife possède un droit de veto sur les décisions du sénat, des tribuns et de tout magistrat sur tous les actes concernant la religion, ce qui inclut les constructions. Sont exclues de ce cadre les consultations d'augures par les magistrats à imperium.

Art 7 Le pontife peut directement proposer une loi à caractère religieux aux débats et il a toute latitude ensuite pour convoquer les comices, sans passer par le consulat.

Art 8 Le pontife ne peut quitter Rome (à savoir les limites du champ de Mars au nord ouest, du Janicule, colline de Janus et du Trastévère à l’ouest , du sud de l’aventin au sud et les limites du Pomoerium à l’est et au nord), sauf en cas de péril grave nécessitant sa présence. S'il l'estime nécessaire, il consulte alors Jupiter pour lui demander sa permission, et est autorisé à partir une fois la décision du roi des dieux publiée au sénat. A son retour, le pontife demandera à Jupiter s'il l'accepte toujours à son service.

Art 9 En cas de vacance du pontificat, ce sont les flamines majeurs des dieux de la triade qui l'accomplissent. Ils enregistrent alors les candidatures selon les conditions requises, et suivent la procédure décrite dans la deuxième partie, titre 1, article 7.

Art 10 Est crée le registre des miracles. Le pontife y consigne tous les actes extraordinaires enregistrés qui viennent à sa connaissance. Il a toute discrétion pour enquêter avec les moyens dont il dispose sur ce type de faits avérés dans le passé.

Art 11 Le pontife peut recevoir des dons, qu'il intègre au budget religieux ou à ses fonds discrétionnaires mais il doit les mentionner dans son rapport de fin d'année.

Art 12 Le pontife peut engager tout citoyen libre de magistratures, au service de la religion, sur ses fonds discrétionnaires ou ses fonds propres. Il doit le mentionner dans son rapport de fin d'année.

Art 13 Aucune autre personne que le pontife ne peut décider de son renouvellement. Le pontife soumet son nom aux augures au minimum tous les trois ans, au maximum une fois par an. Un pontife oubliant ostensiblement de renouveler son nom ou celui de ses flamines suspend cependant cette interdiction: dans ce cas, un magistrat à imperium pourra questionner les augures sur la confiance que lui accorde encore ou non Jupiter.

Quatrième partie, du conseil des flamines, des terres de Jupiter et de l'assimilation.

Titre 1, du conseil des flamines.

Art 1 Tous les flamines sont membres du conseil des flamines et sont tenus d'y assister. Le pontife le préside, et aucun conseil ne peut être réuni en son absence.

Art 2 Tous les actes, les décisions et les déclarations du conseil des flamines sont soumis à un vote. Il est mené sur le barème suivant: chaque flamine mineur possède une voix, chaque flamine majeur possède quatre voix. En cas d'égalité, le pontife arbitre et il peut aussi décider de suspendre une décision du conseil par son droit de veto.
Le conseil des flamines peut aussi utiliser un droit de veto envers le pontife. Il est motivé par les deux autres flamines des dieux de la pléiade, et au moins quatre flamines mineurs. Dans ce cas, le pontife consulte les augures sur la question litigieuse.

Art 3 Le conseil a un rôle central en matière de religion. Aucun acte législatif concernant la religion ne peut être effectif sans sa validation.

Titre 2 Des terres de Jupiter.

Art 1 En 325, la république a fait don de 500 000 ares d'ager publicus au clergé de Jupiter. Il a toute latitude sur l'utilisation de ces terres et nul ne saurait remettre en cause cette propriété.

Art 2 Ces terres sont inaliénables, et elles ne sauraient donc être transmises sous forme d'héritage.

Art 3 Si des récoltes sont produites sur ces terres, les sommes récoltées par la vente sont directement intégrées au budget religieux.

Titre 3 De l'assimilation.

Art 1 L'assimilation des dieux étrangers et des peuples alliés est à la charge du pontife et du conseil des flamines.

Art 2 Les dieux tutélaires étrangers, tels qu'ils sont reconnus; sont assimilables à ceux de la triade romaine ou des dieux majeurs romains, à la discrétion du conseil des flamines.

Art 3 Les dieux des fleuves, des ruisseaux et des rivières sont placés sous la tutelle de Neptune et de son flaminat.
Les dieux des forêts, des chasseurs sont placés sous la tutelle de Diane et de son flaminat.
Les dieux des terres, de l'agriculture sont placés sous la tutelle de Cérés et de son flaminat.

Art 4 Tous les autres dieux sont qualifiés suivant les décisions du conseil des flamines.

Cinquième partie, des augures et du pomerium

Titre 1, des augures.

Art 1 Le collège des augures est l'intermédiaire entre les hommes et les dieux. Il est composé de 6 membres, choisi par cooptation parmi les prêtres des cultes publics reconnus. Ses paroles sont sacrées, et ne sauraient être remises en cause par qui que ce soit.

Art 2 Toutes interprétations fonctionnelles des paroles des augures est interdite. Cependant, le pontife peut interpréter la volonté divine et les signes divins, à sa discrétion.

Art 3 Le pontife a un droit illimité de consultation des augures. Les flamines peuvent le consulter pour toute question concernant leurs dieux en en référant au pontife. Les magistrats à imperium ont toute latitude pour les consulter pour les décisions concernant la menée de la république.

Art 4 Un augure peut quitter Rome si des prises d'auspices sont nécessaires en dehors du pomerium. Il consultera les autres membres du collège des augures, qui soumettront cette décision à l'autorité du roi des dieux et de son représentant sur terre.

Titre 2, du pomerium.

Art 1 Le pomerium est l'enceinte sacrée que Romulus a tracé lors de la fondation. Cette limite ne saurait être revue, changée, reniée ou oubliée par qui que ce soit.

Art 2 Il est interdit de porter une arme pour tuer, blesser ou mutiler un être humain dans l'enceinte sacrée. Cette interdiction n'inclut donc pas les sacrifices offerts aux dieux toute l'année.

Art 3 En cas de violation du pomerium, le pontife bannit les responsables de cette injure, qu'il peut déclarer sacer. Il mène une cérémonie d'expiation au temple de Quirinus, dans le but d'obtenir son pardon.

SPQR



----------------------
Inexpérimenté jusqu'en 350.
Administrateur des travaux dans le sud 350- 352, 355.
Secrétaire de la coopérative de Cérès 353-359.
Quaestor 356, 357, 358 ; surnommé le financier, puis le Questeur.
Aedilis 360, 361, 362.
Légat en Samnium 364, surnommé Patronus.
Préteur 366, 367, surnommé la Mule.
Gouverneur du Samnium 368, 369, 371.
Consul 374, 375, 376.
Retraité 377-380.
Pontife 381-
 Adresse email Haut de page Bas de page 
 
PETRONIUS SABINUS Publius
Avatar

Autorisation : Membre
Nb de messages : 4208
Inscrit le : Dim 01 Avr 2007
Posté le : Ven 08 Fév 2013    

a mon sens de Censeur, l'article 2 est bien trop ouvert par rapport a notre Tradition, c.est là ma dernière remarque

----------------------
Delégué auprès des Anares en 352, Envoyé consulaire chez les Lingons en 353,354,355
En campagne chez les Anares 354,355, Envoyé consulaire dans le Nord (Insubres et Helvetes)356
Lingons 357 à 360, Anares 361, 363, 364, 378, 365, 366, 368, 374, 375, Etrurie 371, 379 - 384 ,Mercure 369 - 386, 386 -
  Haut de page Bas de page 
 
BARREZUS Patronus Collegius
Avatar

Autorisation : Membre
Nb de messages : 1846
Inscrit le : Mar 12 Jui 2007
Posté le : Sam 09 Fév 2013    

Et si je le réduis ainsi, cela te convient-il ?


Citer
Article 2 : Mais dans un souci d’équilibre seuls les cultes de Jupiter le Très Grand, Mars le Très Valeureux, Junon la Très Bonne, Mercure le Très Favorable, Minerve la très sage, Neptune l’empereur des mers, Cérès, Vulcain, Venus, Bacchus, Pluton, Apollon, Vesta, , Diane, Quirinus, Esculape, Saturne, Janus et Terminus sont considérés comme cultes publics.

Les autres cultes sont considérés comme privés et ne peuvent être pratiqués sur la voie publique.



----------------------
Inexpérimenté jusqu'en 350.
Administrateur des travaux dans le sud 350- 352, 355.
Secrétaire de la coopérative de Cérès 353-359.
Quaestor 356, 357, 358 ; surnommé le financier, puis le Questeur.
Aedilis 360, 361, 362.
Légat en Samnium 364, surnommé Patronus.
Préteur 366, 367, surnommé la Mule.
Gouverneur du Samnium 368, 369, 371.
Consul 374, 375, 376.
Retraité 377-380.
Pontife 381-
 Adresse email Haut de page Bas de page 
 
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum Vous ne pouvez pas poster de réponses <<   Page: , , , , 5, ,      >>






  Powered by Fire-Soft-Board v1.0.10 © 2004 - 2020 Groupe FSB
Page générée en 10 requêtes